Faisant une bonne partie de la vie politique, les femmes françaises ne cessent de s’imposer et de transmettre leurs opinions et leurs positions.

« Je ne comprends pas ce qu’elle dit, mais elle a l’air intelligente ». « Elle est élue ministre parce qu’elle est belle » « Je connais pas cette nana » … Voici les attaques magiques que subissent, chaque jour, les politiciennes et les femmes françaises passionnées de la vie politique et des responsabilités ministérielles.

Après près de 70 ans que les femmes jouissent leur droit de vote et qu’on lui a confié des responsabilités politiques et ministérielles majeures (le Gouvernement du Front populaire avait nommé en 1936 les trois premières femmes secrétaires d’Etat et en 1945 premier tour des élections municipales), pourtant les femmes trouvent du mal à s’intégrer dans la vie politique.

Il y a celles qui luttent chaque jour pour s’imposer et celles qui préfèrent pratiquer leur passion à l’ombre et ne pas se montrer dans les médias.

Cette année nous fêtons le 70ème anniversaire du premier vote des femmes, c’est une occasion pour savoir où en sommes-nous de la liberté de la femme !

Les femmes toujours sous-représentées dans la politique

Les femmes représentent 1/3 des membres de l’Assemblée nationale et 1/4 des maires en France. Au jour d’aujourd’hui, la femme représente une minorité ethnique sous-représentées dans les parlements français.  Comme s’il fallait rappeler aux femmes passionnées de la politique qu’elles ne sont pas tout à fait à leur place et qu’elles ne sont pas faites pour cet univers complexe et dédié à la gente masculine. Pourtant les hommes politiques ont toujours recours à la femme pour toute décision ou prise de position.

Prenons l’exemple de François Fillon, le candidat à la présidentielle 2017 et le représentant de la droite qui doit ton son succès et sa bonne réputation à la pro de la communication et la femme politique Anne Méaux.

Cette ancienne conseillère presse de Valéry Giscard d’Estaing, qui murmure aujourd’hui à l’oreille des plus grands patrons français et la femme le plus proche d’Alain Madelin, de Jean-Pierre Raffarin ou d’Hervé Novelli possède l’expérience et l’expertise nécessaires qui lui permettent de conseiller au mieux ses représentants.

Peu connue dans le domaine de la politique, Anne Méaux gère pourtant les campagnes des hommes politiques les plus prospères et les réputations des personnes les plus influentes en France.