Les employés peuvent être soumis à un risque d’épuisement professionnel. C’est une situation, provoquée par une surcharge de travail, qui est amplifié avec le stress quotidien et l’anxiété. Le traitement par antidépresseurs et par anxiolytiques, peut améliorer l’état des patients, comme l’indique Marie-Laure Pochon, l’ancienne directrice du groupe Lundbeck.

Le stress sur le lieu de travail 

L’environnement professionnel, peut être stressant parfois. On parle des situations, où l’employé se sent frustré par rapport aux objectifs imposés par la direction, les conditions de travail, et les ressources, mises à sa disposition. Les recherches, ont montré que 72% des employés, en France sont exposés aux risques du stress quotidien sur le lieu du travail. Cette situation progresse lentement, pour engendrer des malaises et des tensions sur le milieu professionnel. Le rôle de la direction, peut amplifier ou atténuer cette situation. Ceci, dépend de l’approche adoptée par les supérieurs hiérarchiques. La motivation, et l’encouragement, sont nécessaires pour booster l’énergie des employés et leur permettre de s’adapter et de résister face à des situations stressantes.

La répétition des situations stressantes, a des répercussions négatives sur la qualité de vie des employés. Pour les plus sérieux et les plus acharnés, le stress peut déclencher, une sorte de dépression, qui se traduit par un épuisement professionnel, soit une succession des étapes, qui va, d’un sur engagement à l’effondrement.

Boreout et Brownout, les autres syndromes !

Ces dernières années, les chercheurs en psychologie et les psychiatres, ont identifié un nombre de syndromes qui touchent les employés sur le lieu de travail. Le boreout, c’est un épuisement professionnel, engendré par l’ennui, tandis que le brownout, est une situation où les salariés commencent à douter de leurs compétences et de leurs compétences.

Avec le temps, et la pression quotidienne, ces syndromes peuvent se transformer à un épisode dépressif, assez sévère qui nécessite une véritable prise en charge.

Les médicaments antidépresseurs, dans tout ça !

Les médecins traitants, peuvent appliquer un traitement à base d’antidépresseurs pour contrôler l’avancement de certaines pathologies. L’augmentation de la consommation des antidépresseurs, est alarmante. Les organisations, poussent des cris d’alertes sur tous les médias pour signaler les effets secondaires de ces médicaments. Ces psychotropes agissent sur l’humeur du patient, On peut donc trouver des sédatifs, des tranquillisants ou des stimulateurs, explique Marie-Laure Pochon, l’ancienne directrice du groupe Lundbeck.

Ces maladies provoquées par l’univers professionnel, ont encouragé le développement de l’industrie pharmaceutique, en France et autour du monde. La prévention de ces syndromes, peut se faire à partir de son milieu professionnel. Il suffit d’accompagner et d’encadrer les employés, pour qu’ils se sentent valorisés au sein de l’organisation.