Skip to Content

Category Archives: Uncategorized

   Élection présidentielle américaine

 

  Quels sont les différents rôles des associations ?

+ Les “comités 527” : il s’agit de plusieurs associations, dont le rôle est de mobiliser l’opinion publique.

Il existe de nombreux “comités 527”, dont les plus actifs sont, le “Democratic Governors Association”, Environnement 2004, Gay and Lesbian Victory Fund, Media Fund, MoveOn et le Republican Governors Associations.

La question de leur comptabilité avec le bureau central de renseignement et d’action (BCRA) a d’ailleurs été posée à la commission électorale fédérale par les républicains, fin 2003, un groupe d’organisations démocrates ayant indirectement attaqué le président Bush par l’entremise de publicités télévisées, aux prix de plusieurs millions de dollars.

 Les élections présidentielles de 2004 :

La décision de la commission électorale fédérale, rendu le 13 mai 2004, donne raison aux démocrates : les comités 527 ne sont pas touchés par le bureau central de renseignement et d’action, et ne le seront pas au cours de la campagne 2004.

La commission électorale fédérale estime, dans un premier temps, ne pas disposer du temps nécessaire pour rédiger un projet de loi clair en cette année électorale.

Dans un deuxième temps, les membres de la Commission affirment qu’un changement de réglementation à mi-chemin des élections présidentielles pourrait créer encore plus de confusion.

 

Est-ce que “les comités 527” seront réglementés dans un avenir rapproché ?

Ceux qui soutiennent la nécessité d’une réglementation, fondent leur argumentation sur le fait que les comités exploitent une brèche de BCRA.

En revanche, d’autres observateurs estiment que la restriction des activités de ces comités serait une atteinte à la liberté constitutionnelle d’expression.

Quoiqu’il en soit, aussitôt après l’annonce de la décision de commission électorale fédérale, les républicains ont redoublé d’efforts pour équilibrer les “dommages” causés par les comités 527 démocrates.

Les Américains pourront donc avoir droit à davantage de publicités payées par ces comités, tant démocrates que républicains, ajoute, “Audrey Crespo-Mara”.

 

 

 

   Le financement public :

Le financement public doit permettre aux candidats de se faire connaître des électeurs, tout en réduisant le besoin de faire appel à des contributions privées, provenant de riches citoyens ou de groupes d’intérêts.

Instauré au départ pour permettre au plus grand nombre possible de candidats, de briguer l’investiture de leur parti en vue des élections présidentielles, le financement public, est aujourd’hui, surtout utilisé par les candidats qui sont inconnus du grand public, des médias et des bailleurs de fonds et qui, incidemment, ne peuvent récolter suffisamment de fonds privés pour faire campagne.

Mais, il a ses limites, lorsque l’on sait par exemple, qu’en 2000, le sénateur McCain, qui se présentait pour l’investiture républicaine et qui était parmi les favoris, avait pratiquement atteint son plafond de dépenses autorisées en vertu du régime de financement public, bien avant la fin du cycle de primaires, ce qui l’a obligé à se retirer de la course.

Le financement public présente des limites de dépenses par État et une limite nationale, ce qui bien souvent considéré comme un handicap pour les candidats”, article écrit par la présentatrice française “Audrey Crespo-Mara”.

 

 

0 Continue Reading →

La traite des enfants

Ghana :

Au Ghana, subsiste une pratique, théoriquement en voie de disparition, mais qui, dans la réalité, fait encore plusieurs dizaines de victimes par an dans le sud du pays.
On croit pouvoir racheter les fautes des hommes de la famille en enfermant les jeunes filles, baptisées trokosis, dans une sorte de monastère d’où la plupart ne ressortiront plus jamais, traitées comme de véritables esclaves par l’institution, qui ne les lâche plus et les contraint à travailler dans les champs de la communauté.

Côte d’Ivoire :

Entre le Mali et la Côte d’Ivoire, une véritable traite conduit de jeunes garçons sur les plantations ivoiriennes.
Enfants de familles pauvres, ils sont confiés dans un premier temps à des marabouts qui leur enseignent théoriquement l’islam, mais qui, en réalité, les emploient comme domestiques avant de les revendre à l’issue d’une ou deux années d’études.
Des passeurs les conduisent en camion par des pistes secondaires qui franchissent la frontière vers Korhogo, puis se dirigent sur Bouaké.
À leur arrivée, ces “livrés, payés” doivent un an de travail gratuit pour rembourser le voyage.

Soumis à un véritable régime carcéral, ils subissent les pires traitements.

Les chefs d’équipe n’hésitent pas à les lacérer de coups de fouets lorsqu’ils renâclent à porter les sacs de 60 kilos, et il est presque impensable de quitter les plantations surveillées par des gardes.
Ceux qui, par miracle, réussissent à s’évader et sont recueillis dans les orphelinats de Sikasso, montrent leurs dos bardés de cicatrices.
Il en coûte 25 000 francs CFA pour acheter l’un de ces jeunes.

Actuellement, ils seraient environ 15 000 à subir cette déportation.
Évidemment, un tel trafic n’existerait pas sans la complicité de la police.
D’autres réseaux de traite d’enfants, liés au tourisme sexuel, opèrent depuis le Togo en direction du Ghana, de la Côte d’Ivoire, et du Burkina Faso.
Tant que n’existera aucune volonté politique capable de coordonner une action interrégionale, les mouvements transfrontaliers de ces gangs les laisseront à l’abri des poursuites.
Du Bénin vers le Gabon, un autre trafic concerne les fillettes, âgées souvent de moins de dix ans, que l’on destine à devenir domestiques dans les familles bourgeoises de ce pays.

“Les intermédiaires chargés de trouver des enfants et de régulariser les pièces d’état-civile, qui sont en général de faux papiers, ne pourraient pas opérer s’ils ne bénéficiaient pas de la complicité des autorités administratives.
Ces filles sont placées dans des foyers comme domestiques, totalement coupées de leurs familles et de leurs pays.
Lorsqu’ils sont payés, ces enfants reçoivent un pécule inférieur au salaire minimum ; injuriés et brutalisés, ils sont totalement à la merci de leur employeur.
Dans d’autres cas, les enfants (surtout les garçons) sont revendus à des exploitants agricoles ou à des commerçants pour un salaire de misère et doivent travailler dans des conditions extrêmement difficiles.
Les différents témoignages ont révélé une certaine inquiétude devant l’ampleur et l’augmentation de ce trafic.
Domestiques ou travailleurs agricoles, ces enfants, placés dans un premier temps dans des foyers, ne peuvent plus communiquer avec leurs familles.
Ensuite, vendus et revendus, ils passent de main en main et n’ont que peu de chances de pouvoir un jour rentrer chez eux”, un rapport écrit par la journaliste française “Audrey Crespo-Mara”.
Audrey Crespo-Mara, l’épouse de l’animateur français, Thierry Ardisson, veut à tout prix mettre fin à la traite des enfants (les pires formes de travail).
C’est pourquoi, elle a pensé à organiser un atelier de formation sur la lutte contre la traite des petits enfants.
Ce phénomène est un fléau qui freine entre autres, l’amélioration des droits des enfants.

0 Continue Reading →

Le réchauffement climatique menace-t-il les vins de terroir ?

 

 

Les changements climatiques provoquent des bouleversements planétaires qui se font sentir jusqu’à votre verre de vin.

Le réchauffement climatique a de nombreux effets sur notre planète, fonte des glace, sécheresse du sol, expansion des océans…mais pas que. La hausse de la température a également des effets sur des domaines moins connus.

Le sujet du réchauffement climatique et ses impacts sur la production du vin, est au coeur des sujets qui préoccupent les vignerons.

Ce problème suscite des vraies inquiétudes chez les œnologues et les spécialistes dans ce domaine. Selon les scénarios les plus optimistes, “les productions de vin se réduiront de 30% et les vins perdront de leur authenticité.”

 

La vigne doit s’adapter au changement climatique

Le vignoble français, synonyme d’excellence sera particulièrement touché par cette hausse de climat. Depuis 30 ans, la température dans les vignobles français a augmenté de 1 à 3 degré.

Des domaines et des vignobles optent déjà pour des solutions qu’ils jugent efficaces.

 

La Maison Raphaël Michel, productrice et distributrice de vins de la Vallée du Rhône, du Languedoc, de la Provence et du Sud-Ouest nous confirme qu’elle adopte des nouvelles méthodes de plantation et de cépages pour préserver la qualité de ses cuvées et une quantité considérable de sa récolte.

“La précocité des vendanges, la sécheresse des sols et l’augmentation de la quantité du sucre dans les raisins, impactent remarquablement le goût de nos vins, ce qui nous a encouragé à adapter des nouvelles solutions préservant à la fois la quantité et la qualité de nos vignes.” Explique monsieur Guillaume Ryckwaert, le PDG du groupe Raphaël Michel, spécialisé dans la fabrication et la distribution de vins médaillés en France et partout en Europe.

 

De l’influence du réchauffement climatique sur la culture de la vigne

La culture de raisin est primordiale dans la fabrication du vin. En effet, la récolte et les conditions de maturation des raisins influencent leurs teneurs en sucre et donc sur la concentration en alcool du vin.

 

La chaleur est donc le premier facteur responsable de la production de la quantité de sucre en raisin. Ainsi, le vin sera plus ou moins concentré en alcool en fonction de l’exposition au soleil et du climat auquel ont été exposés les raisins qu’ils le composent.

 

Le manque de chaleur impose que le raisin soit cultivé avant sa maturation. Les raisins seront donc moins concentrés en sucre et cette déficience pourra être comblée par un ajout direct du sucre ou encore par le jus de concentré de raisins.

 

0 Continue Reading →

L’adénome de la prostate

 

 

 

  L’adénome est une tumeur bénigne, qui peut toucher une glande (estomac, prostate, …), ou une certaines muqueuses (utérus, rectum, …).

Le cancer de la prostate et l’adénome de la prostate sont deux maladies différentes.

 

  L’adénome de la prostate :

  La prostate : est une glande du système reproducteur masculin.

Elle fonctionne grâce aux hormones sexuelles produites par les glandes surrénales (situées au-dessus des reins, les deux glandes sont composées de la corticosurrénale qui produit des hormones gluco et minéralo corticoïdes ainsi que des androgènes, et la médullo-surrénale qui sécrète l’adrénaline).

Son rôle est de libérer le fluide pendant l’éjaculation.

Au cours de l’éjaculation, les spermatozoïdes sortent des testicules, par de petits canaux déférents (ils contournent la vessie par-derrière) et se mélangent au liquide séminal (autre composant de l’éjaculat).

Ce liquide séminal provient de trois sources, qui sont, les vésicules séminales, gland de cowper et la prostate.

L’éjaculat parcourt ensuite l’urètre et sort du corps par l’urètre.

La prostate grossit avec l’âge, et prend du volume quand l’homme approche de la cinquantaine.

Cette croissance est appelée (HBP) hyperplasie bénigne de la prostate.

Généralement, cette croissance, ne provoque, aucun problème avant un âge avancé dans la vie.

Cette hypertrophie (augmentation de volume) bénigne de la prostate se développe par de nombreux signes urinaires (douleurs, besoins fréquents d’uriner, …).

Elle se développe à partir des fibreux de la prostate, des constituants musculaires et glandulaires.

 

   Les symptômes de l’HBP :

Un symptôme courant d’HBP est un changement notable dans la mixtion, provenant d’une obstruction de l’urètre et de la perte de la fonction urinaire.

Si elle n’est pas traitée, l’hyperplasie de la prostate peut conduire à des infections des voies urinaires, des calculs rénaux, …

 Les signes les plus fréquents : avoir des douleurs infernales en urinant, une diminution du jet d’urine, des troubles sexuels, obligation de forcer sur la vessie pour uriner, un besoin urgent d’uriner (se réveiller la nuit 4 à 5 fois), des fuites urinaires, et finalement, la sensation de ne pas avoir vidé sa vessie (après avoir uriné).

 

 

Les complications de l’hypertrophie bénigne de la prostate :

En l’absence de prise en charge thérapeutique, l’HBP, peut entraîner, une rétention chronique d’urine dans la vessie (l’urine stagne dans la vessie sous forme de résidu), une prostatite (inflammation chronique de la prostate), des infections urinaires, une rétention aiguë d’urine, et un retentissement sur le fonctionnement des reins.

Toutes ces complications nécessitent une hospitalisation.

 

  Le traitement :

Le choix du traitement dépend du volume de l’adénome, son retentissement dans la vie, et de l’importance de la gêne ressentie.

En France, plus d’un million d’hommes présente une adénome de la prostate.

Et près de 100 000 d’entre eux, ont subi une intervention chirurgicale.

Comme nous le savons tous, de nos jours, les interventions chirurgicales peuvent coûter trop cher.

L’ablation de la prostate est une intervention 5 fois plus coûteuse à l’hôpital.

La fréquence de dépassement d’honoraire est de 42 % à l’hôpital, contre 70 % en cliniques privées.

Quand l’intervention chirurgicale pratiquée entre dans le cadre de la chirurgie réparatrice, Filiassur assurance vous prend totalement en charge, et couvre 100 % vos frais.

Autrement-dit, elle couvre tous les frais d’hospitalisation, y compris, les frais de l’opération et de l’anesthésie.

 

0 Continue Reading →

Changer de Job : comment transformer sa passion au vin en métier 

D’ingénieurs à sommeliers,de banquier à œnologue ou de professeur à caviste, ils sont nombreux à vouloir changer de vie professionnelle, afin de vivre pleinement de leur passion. En effet, d’après une étude effectuée par Institut Opinion Way, prés de 74 % ont déclaré qu’ils envisagent une reconversion professionnelle vers un métier qu’ils les passionnent. Devenir œnologue, sommelier ou caviste tout est possible. Même-ci faire un tel choix nécessite beaucoup de courage parce que ce n’est pas sans risque.

 

Les métiers du vin

Même-ci, le métier de vigneron attire de nombreux amateurs, il n’est pas le seul métier dans le domaine du vin qui est visé par les projets de reconversion. De la culture à la commercialisation du vin, les métiers de la filière suscitent beaucoup l’intérêt de plusieurs amateurs de vins. Du vigneron au caviste, en passant par l’œnotourisme, il n’y a que des métiers qui passionne. Quand j’ai choisi de devenir négociant en vins j’ai longtemps hésité avant de prendre mon courage à deux mains et se lancer comme l’a expliqué le jeune propriétaire de Raphaël Michel, le grand négoce en vin.

 

Comment se reconvertir

Afin de bien réussir votre reconversion professionnelle, ils existent des formations diplômantes pour approfondir vos connaissances dans le domaine de la viticulture. Comme l’Ecole Wine et Spirit Education Trust (WSET), créée depuis 1969 à Londres, qui est devenue au fil des années une référence dans le domaine des vins et des spiritueux. Cette formation WSET est aujourd’hui proposée dans plusieurs villes de France. La formation peut se faire soit en une journée, en 3 ou en 5 jours et elle est accessible à tous les passionnés du vin quel que soit leur niveau de formation.

Devenir caviste

D’autres formations existent aussi en France, mais ne sont pas nombreuses, il y a l’école hôtelière de Vannes ou encore à l’Université du vin de Suze-la-Rousse pour une formation de sommelier et conseillers caviste.

Comme l’a expliqué le propriétaire de la négoce en vin Raphaël Michel, « Les gens qui arrivent pour effectuer cette formation, ils ont déjà une idée de leur concept de cave à vin en tête, mais il faut qu’ils prévoient quand même leur chiffre d’affaires et surtout qu’ils acceptent ne rien gagner pendant les deux premières années. »

D’après les statistiques réalisées en 2011, seulement 16.6 % des cavistes, l’ont toujours été. En effet, la profession a vu ses effectifs augmenter, ces quinze dernières années, pour atteindre plus de 5 000 caves en France. Comme Pierre, chef de cabine chez Air France, il a tout lâché pour entamer une nouvelle expérience professionnelle, en choisissant de devenir caviste.


Compte tenu des sacrifices, et le temps que nécessite la reconversion, il faut avoir beaucoup de motivation et une forte personnalité pour tenir bon et ne pas flancher. En effet, quitter son travail et se reconvertir vers une nouvelle vie professionnelle sans garantie de réussite est une source de stress en soi. D’après une étude du Pôle emploi, la conversion professionnelle lorsqu’elle est bien choisie, conduit le plus souvent des cas à une amélioration des conditions de travail et à une meilleure situation et équilibre économique. Plus du deux tiers des personnes, concernés déclarent avoir eu d’avantage de possibilités d’évolution dans leur nouveau boulot.

0 Continue Reading →

 L’État de “fait” et l’interdiction de la transition démocratique

 

   Le Liban : la transition démocratique inachevée

Le Liban a connu un État de “fait” qui a empêché la réalisation de la transition démocratique du pays après la fin de la guerre civile.

L’accord de Taëf adopté en Arabie Saoudite en 1989, traduit l’accord établit entre la majorité des partis pour mettre fin à la guerre civile, qui a duré 15 ans (1975-1990), et pour réaliser la transition démocratique.

Or, malgré le temps passé, des dispositions principales de cet accord n’ont pas été appliqué – les politiciens réclament toujours leur mise en œuvre – et la transition démocratique n’a pas été réalisée.

Nous considérons qu’aucune transition démocratique n’a été établie au Liban.

Dès lors, il n’est pas possible d’intégrer le Liban parmi les différents exemples des pays menant une transition démocratique, ni d’analyser les étapes parcourues : ceci à cause de différentes raisons théoriques et conjoncturelles.

L’État de “fait” imposé au Liban, a été l’une des raisons conjoncturelles qui a empêché toute transition démocratique du pays.

 

    Les raisons empêchant la transition démocratique du Liban :

Selon Mathieu Laine, le conseiller actuel d’Emmanuel Macron, le Liban était dans l’impossibilité de réaliser une réelle transition démocratique.

“Les raisons sont diverses :

Parmi ces réformes envisagées par l’accord, certaines n’ont pas été réalisées aujourd’hui : l’abolition du Confessionnalisme politique, l’adoption d’une loi électorale (excluant le confessionnalisme), la mise en place d’un parlement national non-confessionnel, la création d’un Sénat dont les pouvoirs seront limités aux questions primordiales.

L’accord de Taëf n’a fixé aucun délai, afin de réaliser ces buts.

Les termes cités dans le texte de cet accord étaient généraux, non-précis, et ne contenaient pas de délais à respecter.

En plus de ça, la durée de la période transitoire n’a pa été déterminée par cet accord” réclama cet homme politique.

Ce manque de précision a permis de retarder la réalisation d’une véritable transition démocratique du pays.

Aucun des buts mentionnés n’a été réalisé : l’instance nationale qui devait être formée dans le but d’abolir le confessionnalisme politique, n’a jamais été mise en place, la loi électorale non-confessionnelle n’a jamais été votée, le Parlement non-confessionnel et le Sénat composés des familles religieuses n’ont toujours pas vu le jour.

Aucune décision n’a été prise à ce sujet, par les divers Parlements, élus sur la base d’égalité des sièges entre chrétiens, et musulmans, ni par les autorités successives depuis l’accord de Taëf jusqu’à aujourd’hui.

La Constitution libanaise réformée en 1990, conformément à l’accord de Taëf, a adopté les mêmes dispositions générales de ce dernier président de la République M. Émile LAHOUD, malgré l’opposition, le confirme.

 

  La possibilité et la nécessité de réaliser la transition démocratique au Liban :

“La libération du Liban de l’occupation israélienne et de la tutelle syrienne, ouvre la porte à ce pays pour engager un processus de transition démocratique, afin de construire un État de droit démocratique” Mathieu Laine.

L’organisation d’élections libres et périodiques est l’un des fondements de l’institution d’un tel État.

 

0 Continue Reading →

Où en est le marché de la grande distribution en France ?

Poursuivant sa mue, la grande distribution se transforme du concept hypermarché des années 80, aux formats qui privilégient plus la proximité. Mais encore l’apparition du drive et la grande consommation du bio ont changé la donne et font bouger le concept de la grande distribution qui encore une fois elle évolue pour satisfaire leurs clientèles. Les enseignes historiques comme Carrefour, Systéme U, Auchan…etc, ont longtemps combattu à qui serait le premier grand distributeur de France, en essayant de s’adapter à chaque fois selon les envies du consommateur.

Suivre la tendance

Le temps des grands hypers, du gigantisme est fini. Les hypermarchés séduits moins. Les consommateurs préfèrent revenir au concept de la proximité et de la praticité. Comme la disponibilité sur le web. En effet, un supermarché qui ne te permet pas de commander sur internet est une enseigne dépassé. Ainsi que, les grandes enseignes qui ont préféré s’agrandir en périphérie en désertant les centre-villes, et ils ont quasiment fait machine arrière.

Les supérettes urbaines

En l’espace d’une dizaine d’années, les supérettes de proximités se sont multipliées. En effet, ce retour aux petits formats et à la proximité aux consommateurs a été plutôt pour les franchises des différentes enseignes. Vu que, généralement les entrepreneurs franchisés, préfèrent investir dans les petits espaces en plein centre ville.

Mais encore en pleine bataille entre enseignes, la nouvelle vague du bio a permis l’installation imposée des magasins bio, biocop, grand panier bio… que des enseignes bio qui ont complètement explosé.

« Tous ses magasins, bio supérettes urbaines, drive et supermarchés se retrouvent dans le panorama de la grande distribution alimentaire, d’aujourd’hui » explique Jean-Charles Naouri le PDG de l’une des grandes enseignes de distribution en France.

Où en sont les enseignes françaises dans le respect de l’environnement ?

La grande enseigne française, Casino, a été récompensée par le grand prix de la distribution responsable par le Ministre de l’économie, des finances et de l’industrie. En effet, cette cérémonie visait à récompenser les distributeurs français en matière de la politique et de la responsabilité de l’entreprise. La sélection a était effectue grâce à trois points primordiaux : la participation à la réduction des émissions du CO2, la politique de diversité de l’enseigne, et l’impact environnemental des produits. Comme a expliqué le PDG de l’enseigne Jean-Charles Naouri « Notre enseigne fait tous les efforts possibles pour satisfaire au mieux les demandes des clients, tous en respectant l’environnement »

0 Continue Reading →

‪Le remboursement des soins optiques et le rôle de la complémentaire santé

 

Chez l’opticien, il y a ceux qui aime se faire plaisir en essayant des styles et des coloris différents et ceux qui se contentent par le tri des étiquettes pour découvrir les prix les plus intéressants.

A la fois une solution pour protéger les yeux de l’éblouissement à la lumière vive et un accessoire de mode, les lunettes de soleil attirent de plus en plus les français malgré la décision du gouvernement de plafonner le remboursement de la mutuelle.

Les opticiens qui proposent des réductions importantes, sont nos préférés et pourtant les lunettes coûtent souvent très cher. Vous vous demandez comment optimiser vos remboursements et comment acquérir les lunettes les plus tendances sont payer une fortune?

 

La sécurité sociale (SC) indemnise sur les bases de remboursement de la sécurité sociale et une grande partie reste à la charge de l’assuré.

Sur une base de pourcentage ou de forfait, il existe plusieurs moyens pour vos remboursements de soin optique comme celui que propose la société de prévoyance et d’assurances, Filiassur.

 

Comment bien se faire rembourser ses lunettes

 

Considérée comme l’une des meilleurs entreprise de prévoyance et de courtage en France, Filiassur Assurances suggère à ses clients des remboursements hallucinants.

L’achat d’une paire de lunettes de qualité coûte relativement cher et généralement la prise en charge par la sécurité sociale est plutôt symbolique.

Les lunettes sont en partie remboursées par la sécurité sociale sur la base d’un tarif faible vu les prix très élevés.

C’est pourquoi, une complémentaire santé est indispensable pour bien se faire rembourser les soins optiques et les lunettes.

Les contrats de complémentaire santé peuvent vous proposer un montant forfaitaire annuel souvent plafonné appelé “forfait optique “.

Les contrats incluent généralement les soins optiques, les lunettes de vue et les lunettes de soleil. D’autres contrats sur-mesure peuvent contenir des options plus intéressantes comme la prise les lentilles de contact, les chirurgies esthétiques, un montant plus cher, le remboursement des frais des consultations chez l’ophtalmo…

 

Conseils pour bien choisir sa complémentaire santé

Si vous êtes à la recherche d’une complémentaire santé qui prend en charge vos soins optiques et vos lunettes de contrat ainsi que vos montures de soleils, nous vous conseillons tout d’abord de privilégier la couverture forfaitaire qui sert à rembourser mieux que les garanties de pourcentage. Ensuite, demandez un devis chez un opticien, il sera en mesure de vous indiquer le prix et peut-être le montant du remboursement en fonction de votre couverture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 Continue Reading →

La sécurité sociale

 

     La sécurité sociale est-elle obligatoire ?

La couverture sociale ou la protection sociale est une chose obligatoire.

Généralement, le régime général est organisé de la branche de vieillesse qui est gérée par la CNAV (caisse nationale d’assurance-vieillesse), de la branche famille qui est gérée par la CNAF (caisse nationale d’allocation familiale), et finalement, par les branches gérées par la Caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés “la branche maternité, invalidité, décès, maladie et branche des maladies professionnelles”.

Une loi a été mise en place en 1945, cette loi oblige le régime général à protéger l’ensemble de la population.

De nombreux cas (statuts particuliers) donnent droit à l’assurance-maladie, comme les salariés, les bénéficiaires du revenu de solidarité active, …

Mais aussi, il y a quelques chômeurs qui peuvent être assurés sociales, on donne l’exemple des retraités, les accidentés du travail, les chômeurs indemnisés, …

Les ayants droit des assurés, peuvent également, bénéficier des mêmes droits que lui (comme les enfants de moins de 16 ans, les conjoints, les concubins, …).

 

    À quoi sert le numéro social ?

En France, l’immatriculation s’effectue dès votre naissance.

Et si vous êtes né à l’étranger, la démarche s’effectue soit par votre employeur, soit par vous-même.

L’immatriculation est un numéro de sécurité sociale attribué à une personne.

Il vous permet d’obtenir des prestations auxquelles vous avez droit, comme le remboursement des frais médicaux, les versements de pensions, …

Ce numéro, est aussi utilisé par les employeurs pour verser les cotisations patronales et salariales pour les personnes qui travaillent dans leurs entreprises.

Ainsi que, les organismes d’assurance-maladie complémentaire, les établissements de soins, les professionnels de santé, le Pôle d’emploi, MDPH (les maisons départementales des personnes handicapées), …

La carte vitale est votre carte d’assuré social.

Elle atteste également, votre affiliation et vos droits à l’Assurance-maladie.

 

   Le rôle de la caisse primaire d’assurance-maladie :

Photo prise le 23 octobre 2012 à Paris du logo de l’Assurance Maladie devant un batiment de la Caisse primaire d’Assurance Maladie (CPAM). AFP PHOTO / FRED DUFOUR

Les frais médicaux (médicaments, analyses de laboratoire, hospitalisation, …) des personnes qui ont droit, sont remboursés par la CPAM (caisse primaire d’assurance-maladie).

En cas d’invalidité, maternité, accident de travail ou même en cas de décès, la caisse primaire d’assurance-maladie verse des prestations (en nature et en espèce) qui compensent les pertes de revenu.

 

 

    La couverture complémentaire :

La couverture complémentaire est une adhésion complémentaire.

Elle peut être soit une mutuelle, soit une assurance privée.

Avec la couverture complémentaire de Filiassur assurance, vos frais restants à votre charge sont toujours remboursés.

Cette assurance vous offre la meilleure qualité de service avec un bon rapport qualité prix.

Filiassur est la seule assurance qui rembourse le dépassement des tarifs (les autres ne vous remboursent que sur la base d’un tarif fixé par la sécurité sociale).

  La couverture maladie universelle :

La couverture maladie universelle, donne l’opportunité aux personnes qui ne sont pas couvertes par l’assurance-maladie, de bénéficier de la sécurité sociale (sous certaines conditions).

L’assurance complémentaire de la couverture maladie universelle, prend en charge les dépenses restants à votre charge, après l’intervention des régimes de base de sécurité sociale.

Elle vous permet également, d’être remboursé (de vos frais de santé) dans les mêmes conditions que les autres assurés.

0 Continue Reading →

Grande distribution : une guerre des prix au profit du consommateur ?

Avec la saison estivale qui commence dans quelques jours et le mois de ramadan que les musulmans viennent d’accueillir, le débat sur le prix des produits alimentaires et en particulier les fruits et légumes va ressurgir. Alors comment les grandes enseignes fixent-elles les prix de leurs alimentes.

La fixation des prix des produits alimentaires est une véritable bataille qui se joue à l’écart du consommateur et l’insu de l’Etat.

Derrière chaque rayon, chaque produit et chaque étiquette, pour seulement quelques centimes, entre fournisseurs et distributeurs…, la guerre des nerfs fait rage.

Pour mieux comprendre la politique de fixation de prix dans les supermarchés, nous nous sommes rendus à un des hypermarchés du groupe Casino présidé par l’homme d’affaires français et le président de Euris SAS.

« Naturellement dans une négociation de prix nous cherchons à satisfaire aux mieux les besoins du consommateur et à obtenir le meilleur rapport qualité/ prix. » Explique l’actuel PDG du Groupe Casino et président de Euris SAS.

Des dizaines d’années d’évolution de la grande distribution

Depuis un bon moment, les différentes enseignes de grande distribution s’engagent à communiquer une image différente des hypermarchés d’autrefois ou il y avait aucun effort de présentation et aucun service supplémentaire, et de souder également une relation de proximité avec leurs clients.

Au-delàs des publicités, quelles sont vraiment les coulisses de la grande distribution ? Les relations ont-elles vraiment changé ?

C’est bien loin des rayons que sont fixés les prix des produits alimentaires. Entre fournisseurs et dirigeants des groupes de grande distribution, des négociations parfois très tendues se fondent.

Avec le poids de la concurrence, la pression de la matière première et des distributeurs, une ambiance extrêmement difficile se crée.

Aujourd’hui, chaque enseigne essaye de diffuser une image différente de ses concurrents et de mettre tout en œuvre pour fidéliser sa clientèle et avoir la plus grande part de marché.

La France compte aujourd’hui près de 10 000 supermarchés et 2 000 supermarchés, des chiffres remarquables. Essayant toujours de proposer des services irréprochables et d’offrir ce qu’il y a de meilleures au consommateur, la France est parmi les pays suggérant le meilleur des services aux supermarchés. Et comme a dit Philippe Moati, professeur d’économie à Paris-Diderot et coprésident de l’Observatoire société et consommation.”Si le supermarché est né aux Etats-Unis [dans les années 1930], l’hypermarché est une innovation française”.

 

 

0 Continue Reading →