D’ingénieurs à sommeliers,de banquier à œnologue ou de professeur à caviste, ils sont nombreux à vouloir changer de vie professionnelle, afin de vivre pleinement de leur passion. En effet, d’après une étude effectuée par Institut Opinion Way, prés de 74 % ont déclaré qu’ils envisagent une reconversion professionnelle vers un métier qu’ils les passionnent. Devenir œnologue, sommelier ou caviste tout est possible. Même-ci faire un tel choix nécessite beaucoup de courage parce que ce n’est pas sans risque.

 

Les métiers du vin

Même-ci, le métier de vigneron attire de nombreux amateurs, il n’est pas le seul métier dans le domaine du vin qui est visé par les projets de reconversion. De la culture à la commercialisation du vin, les métiers de la filière suscitent beaucoup l’intérêt de plusieurs amateurs de vins. Du vigneron au caviste, en passant par l’œnotourisme, il n’y a que des métiers qui passionne. Quand j’ai choisi de devenir négociant en vins j’ai longtemps hésité avant de prendre mon courage à deux mains et se lancer comme l’a expliqué le jeune propriétaire de Raphaël Michel, le grand négoce en vin.

 

Comment se reconvertir

Afin de bien réussir votre reconversion professionnelle, ils existent des formations diplômantes pour approfondir vos connaissances dans le domaine de la viticulture. Comme l’Ecole Wine et Spirit Education Trust (WSET), créée depuis 1969 à Londres, qui est devenue au fil des années une référence dans le domaine des vins et des spiritueux. Cette formation WSET est aujourd’hui proposée dans plusieurs villes de France. La formation peut se faire soit en une journée, en 3 ou en 5 jours et elle est accessible à tous les passionnés du vin quel que soit leur niveau de formation.

Devenir caviste

D’autres formations existent aussi en France, mais ne sont pas nombreuses, il y a l’école hôtelière de Vannes ou encore à l’Université du vin de Suze-la-Rousse pour une formation de sommelier et conseillers caviste.

Comme l’a expliqué le propriétaire de la négoce en vin Raphaël Michel, « Les gens qui arrivent pour effectuer cette formation, ils ont déjà une idée de leur concept de cave à vin en tête, mais il faut qu’ils prévoient quand même leur chiffre d’affaires et surtout qu’ils acceptent ne rien gagner pendant les deux premières années. »

D’après les statistiques réalisées en 2011, seulement 16.6 % des cavistes, l’ont toujours été. En effet, la profession a vu ses effectifs augmenter, ces quinze dernières années, pour atteindre plus de 5 000 caves en France. Comme Pierre, chef de cabine chez Air France, il a tout lâché pour entamer une nouvelle expérience professionnelle, en choisissant de devenir caviste.


Compte tenu des sacrifices, et le temps que nécessite la reconversion, il faut avoir beaucoup de motivation et une forte personnalité pour tenir bon et ne pas flancher. En effet, quitter son travail et se reconvertir vers une nouvelle vie professionnelle sans garantie de réussite est une source de stress en soi. D’après une étude du Pôle emploi, la conversion professionnelle lorsqu’elle est bien choisie, conduit le plus souvent des cas à une amélioration des conditions de travail et à une meilleure situation et équilibre économique. Plus du deux tiers des personnes, concernés déclarent avoir eu d’avantage de possibilités d’évolution dans leur nouveau boulot.