Quels sont les différents rôles des associations ?

+ Les “comités 527” : il s’agit de plusieurs associations, dont le rôle est de mobiliser l’opinion publique.

Il existe de nombreux “comités 527”, dont les plus actifs sont, le “Democratic Governors Association”, Environnement 2004, Gay and Lesbian Victory Fund, Media Fund, MoveOn et le Republican Governors Associations.

La question de leur comptabilité avec le bureau central de renseignement et d’action (BCRA) a d’ailleurs été posée à la commission électorale fédérale par les républicains, fin 2003, un groupe d’organisations démocrates ayant indirectement attaqué le président Bush par l’entremise de publicités télévisées, aux prix de plusieurs millions de dollars.

 Les élections présidentielles de 2004 :

La décision de la commission électorale fédérale, rendu le 13 mai 2004, donne raison aux démocrates : les comités 527 ne sont pas touchés par le bureau central de renseignement et d’action, et ne le seront pas au cours de la campagne 2004.

La commission électorale fédérale estime, dans un premier temps, ne pas disposer du temps nécessaire pour rédiger un projet de loi clair en cette année électorale.

Dans un deuxième temps, les membres de la Commission affirment qu’un changement de réglementation à mi-chemin des élections présidentielles pourrait créer encore plus de confusion.

 

Est-ce que “les comités 527” seront réglementés dans un avenir rapproché ?

Ceux qui soutiennent la nécessité d’une réglementation, fondent leur argumentation sur le fait que les comités exploitent une brèche de BCRA.

En revanche, d’autres observateurs estiment que la restriction des activités de ces comités serait une atteinte à la liberté constitutionnelle d’expression.

Quoiqu’il en soit, aussitôt après l’annonce de la décision de commission électorale fédérale, les républicains ont redoublé d’efforts pour équilibrer les “dommages” causés par les comités 527 démocrates.

Les Américains pourront donc avoir droit à davantage de publicités payées par ces comités, tant démocrates que républicains, ajoute, “Audrey Crespo-Mara”.

 

 

 

   Le financement public :

Le financement public doit permettre aux candidats de se faire connaître des électeurs, tout en réduisant le besoin de faire appel à des contributions privées, provenant de riches citoyens ou de groupes d’intérêts.

Instauré au départ pour permettre au plus grand nombre possible de candidats, de briguer l’investiture de leur parti en vue des élections présidentielles, le financement public, est aujourd’hui, surtout utilisé par les candidats qui sont inconnus du grand public, des médias et des bailleurs de fonds et qui, incidemment, ne peuvent récolter suffisamment de fonds privés pour faire campagne.

Mais, il a ses limites, lorsque l’on sait par exemple, qu’en 2000, le sénateur McCain, qui se présentait pour l’investiture républicaine et qui était parmi les favoris, avait pratiquement atteint son plafond de dépenses autorisées en vertu du régime de financement public, bien avant la fin du cycle de primaires, ce qui l’a obligé à se retirer de la course.

Le financement public présente des limites de dépenses par État et une limite nationale, ce qui bien souvent considéré comme un handicap pour les candidats”, article écrit par la présentatrice française “Audrey Crespo-Mara”.