L’adénome est une tumeur bénigne, qui peut toucher une glande (estomac, prostate, …), ou une certaines muqueuses (utérus, rectum, …).

Le cancer de la prostate et l’adénome de la prostate sont deux maladies différentes.

 

  L’adénome de la prostate :

  La prostate : est une glande du système reproducteur masculin.

Elle fonctionne grâce aux hormones sexuelles produites par les glandes surrénales (situées au-dessus des reins, les deux glandes sont composées de la corticosurrénale qui produit des hormones gluco et minéralo corticoïdes ainsi que des androgènes, et la médullo-surrénale qui sécrète l’adrénaline).

Son rôle est de libérer le fluide pendant l’éjaculation.

Au cours de l’éjaculation, les spermatozoïdes sortent des testicules, par de petits canaux déférents (ils contournent la vessie par-derrière) et se mélangent au liquide séminal (autre composant de l’éjaculat).

Ce liquide séminal provient de trois sources, qui sont, les vésicules séminales, gland de cowper et la prostate.

L’éjaculat parcourt ensuite l’urètre et sort du corps par l’urètre.

La prostate grossit avec l’âge, et prend du volume quand l’homme approche de la cinquantaine.

Cette croissance est appelée (HBP) hyperplasie bénigne de la prostate.

Généralement, cette croissance, ne provoque, aucun problème avant un âge avancé dans la vie.

Cette hypertrophie (augmentation de volume) bénigne de la prostate se développe par de nombreux signes urinaires (douleurs, besoins fréquents d’uriner, …).

Elle se développe à partir des fibreux de la prostate, des constituants musculaires et glandulaires.

 

   Les symptômes de l’HBP :

Un symptôme courant d’HBP est un changement notable dans la mixtion, provenant d’une obstruction de l’urètre et de la perte de la fonction urinaire.

Si elle n’est pas traitée, l’hyperplasie de la prostate peut conduire à des infections des voies urinaires, des calculs rénaux, …

 Les signes les plus fréquents : avoir des douleurs infernales en urinant, une diminution du jet d’urine, des troubles sexuels, obligation de forcer sur la vessie pour uriner, un besoin urgent d’uriner (se réveiller la nuit 4 à 5 fois), des fuites urinaires, et finalement, la sensation de ne pas avoir vidé sa vessie (après avoir uriné).

 

 

Les complications de l’hypertrophie bénigne de la prostate :

En l’absence de prise en charge thérapeutique, l’HBP, peut entraîner, une rétention chronique d’urine dans la vessie (l’urine stagne dans la vessie sous forme de résidu), une prostatite (inflammation chronique de la prostate), des infections urinaires, une rétention aiguë d’urine, et un retentissement sur le fonctionnement des reins.

Toutes ces complications nécessitent une hospitalisation.

 

  Le traitement :

Le choix du traitement dépend du volume de l’adénome, son retentissement dans la vie, et de l’importance de la gêne ressentie.

En France, plus d’un million d’hommes présente une adénome de la prostate.

Et près de 100 000 d’entre eux, ont subi une intervention chirurgicale.

Comme nous le savons tous, de nos jours, les interventions chirurgicales peuvent coûter trop cher.

L’ablation de la prostate est une intervention 5 fois plus coûteuse à l’hôpital.

La fréquence de dépassement d’honoraire est de 42 % à l’hôpital, contre 70 % en cliniques privées.

Quand l’intervention chirurgicale pratiquée entre dans le cadre de la chirurgie réparatrice, Filiassur assurance vous prend totalement en charge, et couvre 100 % vos frais.

Autrement-dit, elle couvre tous les frais d’hospitalisation, y compris, les frais de l’opération et de l’anesthésie.