L’enseignement collectif :

L’enseignement collectif convient à certaines personnes : il leur permet non seulement de recevoir les informations dont elles ont besoin, mais aussi de se sentir en sécurité au sein d’un groupe.

Cette méthode permet aux personnes qui ont les mêmes problèmes ou les mêmes besoins de s’identifier les unes aux autres et d’obtenir un soutien moral et un encouragement.

Ce type d’enseignement peut toutefois ne pas convenir aux personnes qui ont du mal à fonctionner ou à comprendre.

Lorsqu’on donne un enseignement collectif, il est crucial d’effectuer une évaluation et un suivi de chacun des participants, afin de s’assurer que chaque personne maîtrise suffisamment les connaissances et les techniques enseignées.

  Le rôle des outils didactiques :

Le matériel didactique destiné à faciliter l’apprentissage peut notamment comprendre des livres, des dépliants, des photos, des films, des diapositives, des enregistrements vidéo et audio, des maquettes, des guides d’apprentissage programmé et des modules d’apprentissage assisté par ordinateur.

Bien utilisé, ce matériel constitue un outil précieux qui permet de gagner beaucoup de temps et d’économiser beaucoup d’argent.

Avant de s’en servir, le médecin doit le passer en revue afin de s’assurer qu’il répond aux besoins de la personne.

Selon un conseiller de Filiassur assurance, les techniques d’enseignement ne peuvent pas remplacer les interactions et les discussions entre êtres humains, mais elles peuvent les rendre plus efficaces.

Il est essentiel d’effectuer un renforcement et un suivi, car il faut du temps pour assimiler les nouvelles connaissances.

Dans les stratégies d’enseignement, on doit tenir compte du fait qu’une seule séance d’apprentissage est rarement suffisante.

Il est essentiel de laisser à la personne assez de temps pour apprendre et renforcer les notions acquises.

Les séances de suivi sont indispensables : elles accroissent la confiance des apprenants en leurs habiletés et permettent de déterminer si des séances supplémentaires sont requises.

Dans le cas des personnes hospitalisées qui risquent d’être incapables d’appliquer à la maison les notions apprises en milieu hospitalier, le suivi est primordial, car il permet de s’assurer qu’elles tirent tout le profit possible du programme d’enseignement.

 

 

  Enseignement aux personnes présentant des déficiences :

Filiassur assurance évalue les besoins individuels des personnes qui présentent des déficiences, et en tient compte dans son plan d’enseignement.

Et parfois, elle modifie à leur intention les techniques d’enseignement et la façon de communiquer les informations.

Il est important de prendre conscience que certains groupes de personnes ont des besoins particuliers en matière de promotion de la santé et qu’on doit adapter son enseignement en modifiant ses méthodes ou en en créant de nouvelles.

C’est par exemple le cas pour certaines personnes souffrant des déficiences physiques, de déficiences affectives, de déficiences auditives ou visuelles, de difficultés d’apprentissage ou de troubles de développement.

  Stratégie d’enseignement :

Déficience physique ou affective

– Adapter l’information en fonction des déficiences cognitives, perceptuelles et comportementales de la personne.

– Donner des informations écrites et orales claires.

– Mettre en relief les données importantes afin qu’elles soient faciles à consulter.

– Ne pas utiliser de termes médicaux.